L'enseignement

L'enfant/adolescent handicapé peut fréquenter l'enseignement ordinaire (de plein exercice ou en alternance) et/ou l'enseignement spécialisés sous diverses formes. Il peut également suivre des cours à domicile.

L’enfant ou l’adolescent peut suivre sa scolarité dans l’enseignement ordinaire, quel que soit son handicap, et sans avoir fréquenté l’enseignement spécialisé.

Avec le soutien de l’enseignement spécialisé, il devra être inscrit, même s’il suit uniquement les cours dans l’école d’enseignement ordinaire. Un contrat liera donc l’école d’enseignement ordinaire (dans laquelle l’élève suit les cours) et spécialisé (dans laquelle l’élève est inscrit), les Centres psycho-médico-sociaux (des deux écoles) et les parents.

Les inscriptions doivent être introduites effectivement avant le 15 septembre de l’année scolaire à suivre.

Cette procédure entre dans la compétence de la Fédération Wallonie Bruxelles. Le contact : 0800/20.000.


Les pouvoirs organisateurs
Le pouvoir organisateur d'un établissement d'enseignement est l'autorité, la ou les personne(s) physique(s) ou morale(s), publique(s) ou privée(s),qui en assume(nt) la responsabilité.
Les pouvoirs organisateurs sont officiels (publics) ou libres (privés).

L'organisation générale de l'enseignement


L'annuaire des écoles


Les établissements scolaires
http://www.enseignement.be/index.php?page=0&navi=363

  • Les chefs d’établissements scolaires
  • Les enseignants
  • Les élèves et les étudiants notamment les droits et les devoirs
  • Les conseils de classe
  • Le conseil de participation


Les centres psycho-médicaux sociaux
Le Centre PMS est à la disposition des élèves et de leurs parents, dès l'entrée dans l'enseignement maternel et jusqu'à la fin de l'enseignement secondaire. Il développe également des activités au bénéfice des élèves fréquentant les Centres d’Education et de Formation en Alternance (CEFA), ainsi que de leur famille.
Le Centre PMS est composé de psychologues (conseillers et assistants psychopédagogiques), d'assistants sociaux (auxiliaires sociaux) et d'infirmiers (auxiliaires paramédicaux) qui travaillent en équipe. Un médecin est également attaché à chaque Centre PMS. Le Centre Psycho-Médico-Social est un service public gratuit.En Belgique
Dans l’enseignement spécialisé, il s’agit d’un centre psycho-médico-social pour l’enseignement spécialisé (CPMSS).
Le CPMS ou CPMSS est un lieu d’écoute, d’accueil et de dialogue où les parents et les enfants peuvent rencontrer des professionnels qui ont pour missions de favoriser le bien-être et le développement des possibilités de l’élève.


Les loisirs extra scolaires
Il existe différentes bases de données reprenant les coordonnées des associations proposant des loisirs, activités… aux personnes en situation de handicap.


Les associations de parents
Les associations des parents sont regroupées en deux fédérations reconnues comme représentatives :

  • la FAPEO, Fédérations des Associations de Parents d'Elèves de l'Enseignement Officiel
  • l'UFAPEC Union Francophone des Associations de Parents de l’Enseignement Catholique


« Intégration, état de la situation » de Jean-François DELSARTE
J.-F. DELSARTE, expert politique au Cabinet de la Ministre de l’Enseignement obligatoire M.-M. SCHYNS et directeur diocésain de l’enseignement fondamental catholique, précise que le but de l’intégration n’est pas que tous les enfants atteignent les mêmes compétences à l’issue de leur scolarité mais bien qu’ils aient développé divers apprentissages au meilleur de leurs potentialités.
Lire son exposé au colloque EEO2013.


Le vadémécum de l’intégration
Le décret du 3 mars 2004, modifié par le décret du 5 février 2009 contient des dispositions relatives à l’intégration des élèves à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire. Le conseil supérieur de l’enseignement spécialisé a finalisé un VADEMECUM de l’intégration qui précise le cadre politique, les intentions philosophiques du décret ainsi que les modalités pratiques pour la mise en œuvre de projets de partenariat entre les écoles spécialisées et les écoles ordinaires.


Mémoire de Marie LABOURT
Autrefois, les enfants infirmes moteurs cérébraux trouvaient difficilement leur place dans la société. Leur accueil en institution spécialisée se justifiait par le manque de suivi individuel. De nos jours, les mentalités ont évolué et des progrès importants ont été réalisés au niveau des systèmes et des moyens techniques d'aide à la communication. Ces derniers permettent notamment aux enfants infirmes moteurs cérébraux de bénéficier, moyennant des prises en charge individualisées et pluridisciplinaires, des bienfaits de l'intégration scolaire. L’insertion de l’enfant infirme moteur cérébral en est ainsi facilitée.
L’envie de communiquer pour une élève de 7 ans avec une I.M.C.